Phosphore

Mono-engrais

Le phosphore (Р2О5) Le phosphore (Р2О5) est un des éléments les plus impotants de l’alimentation des plantes. Son contenu en elles atteint 0,2-1,2%. Les organes reproducteurs jeunes et grandissants ont le plus de cet élément. En XVIII siècle, le naturaliste suisse Saussure a découvert que le phosphore sous forme de phosphate de calcium figure dans la cendre de toutes les plantes. Plus tard il est apparu que la plupart de processus d’échange des substances a lieu avec sa participation.

Le fait indéniable est que sans cet élément aucune cellule ne peut pas exister. Dans les plantes, le phosphore est présent sous forme des composés non-organiques et organiques. Les composés non-organiques (4-16% de phosphore) sont représentés par les sels ammoniques, potassique, sodiques, magnésiens et calcaires de l’acide phosphorique. La forme qui est rencontré le plus souvent est dihydrogénophosphate-ion H2PO4 et monohydrogénophosphate- ion HPO4 -2. Ils font pas seulement une fonction fournissante, mais jouent un rôle de l’agent de tamponnage, soutenant la constance de l’indice de pH du cytoplasme. Les composés organiques sont représentés plus vastement, ils contiennent 85-95% de phosphore contenu dans une plante. Les composés les plus importants dont dans la composition entre le phosphore, sont l’ADN et l’ARN. Ces deux acides nucléiques prennent part dans la synthèses de protéines, le transfert ds caractères héréditaires, la croissance et le développement. Ils se composent du composé azoté basique, du glucide (le ribose ou le desoxyribose) et de l’acide phosphorique. Les exemples des charnières élémentaires – des nucléotides de ces acides peuvent servir l’ATP (l’acide adénosine-triphosphorique) et l’AMP (l’acide adénosine-monophosphate). Avec la participation de ces nucléotides l’échange protéinique et lipidique ont lieu, les processus du transfert et de l’accumulation d’énergie, la biosynthèse de glucides. Comme le décrit ci-dessus le montre, sans phosphore, comme sans azote, la vie est impossible. Ci-dessous sont décits certains groupes de substances et les représentants séparés qui sont rencontrés dans les plantes, dont le phosphore fait partie. La phytine (27,5% P2O5) est un sel magnésique et calcaire de l’acide inosite-phosphorique (phytique). Elle représente une substance de réserve, le phosphore qui fait partie de son contenu, est utilisé pendant le pousse par l’embryon. Les semences de certaines cultures (légumineux, le colza) contiennent jusqu’à 2,5% de cette subsantce. La source industriellement importante de la phytine est le tourteau et les semences du cannabis. On peut trouver des glucose-6-phosphates dans toutes les parties d’une plante. Ils participent dans les processus de la photosynthèse et de la respiration. Leur contenu atteint 1,0% de masse sec. Jusqu’à 65% de phospholipides font partie de la lécithine alimentaire. Les phospholipides représentent des éthers composés de la glycérine, des acides gras macromoléculaires et de l’acide phosphorique. Ils font partie du cytoplasme des cellules et des membranes cellulaires. Le plus de cet élément est contenu dans les organes reproducteurs jeunes grandissants, il a une bonne influence à la croissance du système racinaire. Pendant le processus de la réutilisation, il est capable de migrer des vieilles parties de la plantes dans les nouvelles parties.

Signes de la carence en phosphore

Qu’est-ce que l’usage d’engrais donne?

• La fertilisation supplémentaire rapide et efficace par le phosphore
• Le soulagement rapide des signes de la carence en phosphore
• La prévention de la carence en phosphore
• L’augmentation de la résistance aux toiles
• L’activation des processus de la croissance
• L’activation de la biosynthèse de protéine et de glucides
• L’augmentation du coefficient de l’usage des engrais minéraux
• L’amélioration des qualités marchandes de la récolte (la transportabilité, la garde de qualité, l’augmentation de la taille de fruits, la couleur, l’odeur)
• La favorisation à l’accumulation maximale de glucides, de protéines et de vitamines dans les fruits, les baies, les légumes
• La diminution des délais de l’attente des produits finis
• La maturation uniforme