Engrais phosphités

Le phosphore c’est un component obligatoire de l’organisme végétal, son contenu fait 0,2-1,2% (de masse). Ce fait était découvert pour la première fois au début du XVIII siècle par le naturaliste suisse Saussure, il a découvert cet élément dans la cendre de toutes les plantes (1,0-9,0% P2O5). La forme générale dans laquelle le phosphore entre dans une plante et y fonctionne est le phosphate diacide-
ion (Н2РО4-) et l’hydrogénophosphate-ion (НРО4-2). La source des ions phosphates sont tels engrais habituels comme: le superphosphate, le superphosphate double, le monophosphate de potassium etc. Ils tous sont les dérivés de l’acide phosphorique.

Phosphites, qu’est-ce que c’est?

Les phosphites sont les sels de l’acide phosphoreux (Н3РО3), ils sont représentés dans les produits agrochimiques dans la forme de dérivés du potassium ou l’ammonium.

L’attention aux phosphites comme à la source du phosphore dans l’agriculture était faite encore dans les années 1930, mais les premières preuves de la possibilité de leur usage dans ce rôle étaient données par Macintire (1950) et Adams (1953). Ils ont donné des mentions de la possibilité d’assimilation du phosphore phosphité par les plantes, après son oxydation au phosphate: Н2Р(+3)О3- + [O] = Н2Р(+5)О4- Le processus d’oxydation se déroule par divers moyens : chimique (par l’oxygène de l’atmosphère), fermentatif (par la déshydrogénase-phosphite (PTDH) des bactéries) et biologique (la participation dans les réactions d’oxydo- réduction différentes). Des faits contradictoires sont donnés dant un nombre de recherches. Ainsi (Lucas, 1976, 1979) a montré une action toxique du phosphite aux plantes de maïs pendant des moyens différents de l’introduction (2x2, dans la fourrière, la fertilisation foliare), des recherches faites plus tard ne l’ont pas confirmé. Il est connu de la freination de la croissance et du développement du système racinaire et des pousses pendant utilisation de 25 kg et plus de P2O5 comme le phosphite (Barrett, 2002). Le résultat de recherches faites était la conclusion que l’usage de phosphites comme un substitut complet de phosphates est inacceptable, dont la raison étaient : une efficacité insuffisante ou contestable, une cherté et un nombre d’autres facteurs. La deuxième naissance des engrais phosphités a eu lieu au début des années 1990, quand leur haute efficacité était montrée (Lovatt, 1990) pendant des fertilisations foliaires, en outre, leur effet fongique et stimulateur biogénique était découvert. L’effet fongique, direct ou indirect, de cette classe d’engrais à ce moment est étudié par les rechercheurs des pays différents autant qu’il permet de classifier les compositions avec phosphite comme les “biopesticides”.

L’effet fongicide de phosphites est

réalisé par deux voies:

• Par «la résistance systématique acquise» (SAR) (l’activation du système immunitaire (des phytoalexines)
• Par le développement de «la résistance induite» (IR) (l’épaississement de parois cellulaires)

Souvent il est aussi noté une influence à la possibilité de l’action directe sur l’organisme de pathogènes, cependant l’inhibition de phosphorylation a lieu et, par conséquent, le désordre de synthèse d’ADN, qui mène à la freination de la croissance, du développement et de la reproduction du pathogène.

L’effet stimulateur biogénique de
phosphites:

L’action stimulateur biogénique de phosphites est exprimée par une action polyvalente sur l’organisme végétal. Ainsi, par exemple, en remplaçant dans les systèmes de transport le dépôt-phosphate, elle contribue à son transport, assimilation et accumulation, cependant en général le coefficient d’assimilation des engrais minéraux augmente, ce qui affecte l’activité de processus biochimiques
différents, la qualité et la quantité de récolte. Les effets ci-dessus étaient obtenus par les auteurs pendant des moyens différents d’application des engrais phosphités : la fertilisation foliaire, l’arrosage goutte à goutte, l’aquaculture. Tout ce qui procède caractèrise clairement les engrais phosphités comme un instrument effectif qui permet de gérer la physiologie de plantes, de contrôler des pathogènes différents, d’influer les indices qualitatifs et quantitatifs de récolte.

Screenshot_2
Screenshot_3
Screenshot_5
Screenshot_4
Screenshot_1
Lab Experiment
14.png